HATA CHITEI

HATA CHITEI

De Hata Chitei (ou Chishin), originaire d’ 牢nami dans l’ancienne province de Settsu, l’actuel 牢saka, on ne connaît qu’une seule œuvre: la Vie du prince Sh 拏toku , peinte en 1069, pour le pavillon des Peintures aux monastères du H 拏ry -ji, dont Sh 拏toku était le fondateur.

Une seule œuvre, mais chargée d’importance, car, si la période Heian (7941185) est représentée par quelques artistes de l’e-dokoro (Office de peinture attaché à la cour impériale), c’est dans les limites des citations documentaires. Les peintures qui subsistent de cette époque restent sans paternité. Aussi cette œuvre de l’artiste provincial qu’était Hata Chitei revêt-elle une valeur primordiale, celle d’être la plus ancienne peinture japonaise attribuée avec certitude.

Hata Chitei et les milieux picturaux de la période Heian

La commande de l’œuvre en question à Hata Chitei est notamment attestée par un document du XIe siècle appartenant aux archives du H 拏ry -ji (elles-mêmes compilées aux XIIIe et XIVe siècles). Or, qu’un monastère aussi prestigieux que le H 拏ry -ji ait confié un travail d’une telle importance à un peintre local tend à prouver qu’à cette époque, en marge de l’e-dokoro , existaient déjà des écoles régionales comptant des maîtres de talent. Et le fait que ces groupes provinciaux, héritiers plus directs de la tradition Nara, ne fussent pas intégrés à l’atelier de la cour impériale, suggère leur relation étroite avec les puissants monastères installés à l’écart de la capitale. Le cas de Hata Chitei semble illustrer cet état de fait à l’époque Heian.

Par ailleurs, les témoignages anciens sur Hata Chitei se bornent à lier son nom à la Vie du prince Sh 拏toku . Mais une restauration opérée en 1909-1910 sur une statue du même prince (dans les collections du H 拏ry -ji) y fit découvrir, dissimulé à l’intérieur, un document contemporain de son exécution. Le précieux papier signale que la statue remonte à 1069, qu’elle est l’œuvre du sculpteur Enkai et qu’elle fut peinte par Hata Chitei.

Sur la vie et l’œuvre du peintre, aucune autre information ne nous est parvenue. Mais on sait que le nom de famille, Hata, fut porté dès la période Asuka (552-645) par des artisans coréens naturalisés, qui introduisirent au Japon plusieurs industries d’art, et, à la période Nara (645-794), par des peintres. Le second groupe familial semble issu du premier et l’on peut penser que Hata Chitei est leur descendant.

Origine des vies imagées du prince Sh size=5拏toku

Régent de 593 à 622, Sh 拏toku Taishi est l’une des grandes figures de l’histoire du Japon. Habile politicien, protecteur des arts et des lettres, il fut encore le véritable fondateur et propagateur du bouddhisme au Japon. Après sa mort, il entra dans une légende dorée, qui alla s’amplifiant au fil des siècles. Avec sa part de réel mêlée au merveilleux, cette vie prit bientôt un caractère très semblable à celle de え kyamuni. La vénération populaire entraîna rapidement une abondance de statues, de portraits et d’hagiographies, ainsi que des peintures narratives.

La pratique chinoise des peintures narratives destinées à l’enseignement de la doctrine bouddhique s’était diffusée fortement au Japon. Très vite, la vie de Sh 拏toku devint un sujet privilégié de cette peinture religieuse. C’était le cas de la peinture murale du Shitenn 拏-ji, monastère d’ 牢saka. Exécutée vers 760-770, elle connut un renom tout particulier durant la période Heian. Quant à la peinture de Hata Chitei, on peut présumer, à défaut même de preuves formelles, qu’elle servit, elle aussi, à l’enseignement bouddhique: l’usure qui s’y est marquée à certains endroits laisse supposer que le moine prêcheur y promenait sa baguette quand il commentait pour les fidèles les faits et gestes du prince.

On a même longtemps pensé que la peinture du H 拏ry -ji était, sinon copiée, du moins dérivée de celle du Shitenn 拏-ji, d’autant plus que Hata Chitei était originaire de la région où s’élève le Shitenn 拏-ji. Mais en fait, l’hypothèse est infirmée à plusieurs chefs: en effet, l’œuvre de Hata Chitei est, par son style, manifestement tributaire de son époque, le XIe siècle, et, d’autre part, elle traite de l’existence historique de Sh 拏toku, alors que, selon les documents, il s’agissait au Shitenn 拏-ji de ses vies antérieures. L’œuvre semble donc bien une création originale.

«Vie du prince Sh size=5拏toku» au pavillon des Peintures du H size=5拏ry size=5-ji

Exécutés entre février et mai, mis en place en juin de l’an 1069, les cinq grands panneaux peints sur soie damassée couvraient à l’origine la paroi de droite (côté est), les trois parois du fond (côté nord) et enfin la paroi de gauche (côté ouest) constituant la partie postérieure ou sanctuaire (naijin ) du pavillon des Peintures.

Les cinquante-six scènes tirées de la vie du prince s’insèrent dans un grand paysage de montagnes et de collines boisées, ponctué de palais et de temples, sillonné de cours d’eau; de petits cartouches distribuent un bref commentaire calligraphié, qui s’inspire pour une bonne part d’un ouvrage hagiographique, Sh 拏toku Taishi denryaku , rédigé au début du Xe siècle. Cette vaste composition se déroule sur les cinq panneaux. Tout comme dans les e-maki , longs rouleaux enluminés qui s’ouvrent horizontalement, la vision est cavalière, les scènes sont regardées obliquement de haut en bas et se succèdent de droite à gauche. Les palais, temples et rivières donnent l’axe de la composition et indiquent la perspective. Bien que fort compliqué au premier coup d’œil, l’ensemble répond à un schéma très construit, qui lie habilement les concepts de temps et d’espace et harmonise à la perfection catéchèse et décoration.

Ampleur de la composition, rythme dû à la disposition oblique des édifices entre les accidents de terrain, distribution ingénieuse des épisodes vécus tant à ciel ouvert qu’à l’intérieur (soit, selon les conventions japonaises, à toit retiré), aisance du pinceau et souplesse du dessin, tout atteste la grande habileté et le talent de cet artiste local.

Cependant, les cinq panneaux ne sont pas restés dans leur état originel. Ils firent l’objet de plusieurs restaurations: en 1338-1339 (et le coloris actuel date, pour l’ensemble, de cette époque), en 1380, en 1675; ils furent ensuite montés en cinq paravents à deux feuillets en 1788. Ceux-ci furent offerts à la famille impériale en 1878 et passèrent enfin dans les collections du musée national de T 拏ky 拏.

Il ressort des recherches aux rayons X et à l’infrarouge que la composition de l’œuvre a été très peu altérée par les restaurations successives, que la soie originale est conservée dans l’ensemble et que là où le coloris sur la soie d’origine a disparu, le dessin de Hata Chitei subsiste toujours.

Aussi, en dépit des restaurations, cette œuvre reste-t-elle majeure pour la peinture du XIe siècle: c’est, dans l’évolution stylistique, un jalon qui permet de suivre le départ, déjà amorcé, entre la tradition chinoise et les progrès d’une expression proprement japonaise.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Shibusashirazu Orchestra — Shibusashirazu Orchestra, 2005 Shibusashirazu (яп. 渋さ知らズ …   Википедия

  • List of series run in Weekly Shōnen Sunday — This is a list of the series that have run in the Shogakukan manga anthology book for boys, Weekly Shōnen Sunday . This list, organized by decade and year of when the series started, will list each series run in the manga magazine, the author of… …   Wikipedia

  • Наруто — У этого термина существуют и другие значения, см. Наруто (значения). Наруто Обложка русскоязычного издания манги «Наруто», том 1 …   Википедия

  • Naruto (Manga) — Naruto Originaltitel NARUTO ナルト …   Deutsch Wikipedia

  • Takashi Shimura — (志村 喬, Shimura Takashi), né le 12 mars 1905 sous le vrai nom de Shōji Shimazaki, mort le 11 février 1982, est l un des plus grands acteurs japonais du XXe siècle. Biographie Né à Hyogo, il était descendant d une longue lignée de samouraïs.… …   Wikipédia en Français

  • СИМУРА Такаси — (12. 03. 1905 11. 02. 1982), японский актер. Настоящие имя и фамилия Сугуру Симадзаки. Родом из семьи самураев. С юности увлекался театром и стал актером. С приходом звука начал сниматься в кино в маленьких ролях. Обратил на себя внимание в… …   Энциклопедия кино


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.